Pour les peintres chinois (dès le 7ème siècle)

             le Vide n'est pas une présence inerte,

                il possède une nature dynamique :

        c'est lui qui, tout ensemble, sépare et unit.

  Parcouru par les souffles, il relie le visible et l'invisible.

 

          Pour que le trait soit animé par les souffles,

    il ne suffit pas que le Vide habite seulement le Trait,

      il faut qu'il guide aussi le poignet même du peintre.

          C'est le résultat d'une grande concentration,

                          du Plein tendu à l'extrême.

 

                        François Cheng (le langage pictural chinois)

  

 

 

   Dans la peinture chinoise, le vide est une notion importante...

                        l'espace de tous les possibles

               et je m'attache à la Plénitude de ce Vide.

Cliquer sur l'image principale pour agrandir

 

ANNICK LAPCHIN BERTHOUD